couru


couru

couru, ue [ kury ] adj.
• 2e moitié XVIIe; de courir
1Recherché. C'est un spectacle très couru.
2Fam. C'était couru, prévu. ⇒ certain, sûr. Le résultat est couru d'avance.

couru Participe passé de courir. ● couru nom masculin Pas couru.

couru, ue
adj. Recherché, à la mode. Un spectacle très couru.

⇒COURU, UE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de courir.
II.— Adj. [Correspondant à l'emploi trans. de courir]
A.— [En parlant d'un lieu, d'un spectacle] Fréquenté, en vogue :
1. Du temps que j'étais encore une jeune femme, et une puissance et la maîtresse d'un salon très couru j'avais un petit chien qui s'appelait démoc-soc.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1883, p. 280.
B.— [En parlant d'une pers.]
1. Recherché. Un conférencier très couru.
2. [À propos d'une femme] À qui l'on fait la cour :
2. ... avec une peau luisante et tendue, une gorge énorme qui saillait sous sa robe, elle restait cependant appétissante et courue, tant sa fraîcheur faisait plaisir à voir.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Boule de suif, 1880, p. 122.
C.— Expr. fam. [P. réf. au chasseur qui poursuit une bête] C'est couru (d'avance). Dont le résultat ou le règlement prévisible ne fait aucun doute (cf. c'est réglé, c'est du tout cuit, pop.) :
3. Toutes les semaines j'obtenais mon zéro de « tenue, conduite », ou d'« ordre, propreté »; parfois les deux. C'était couru. Inutile d'ajouter que j'étais un des derniers de la classe.
GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 390.
Prononc. et Orth. Cf. courir. Fréq. abs. littér. : 1 462. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 162, b) 2 222; XXe s. : a) 2 042, b) 1 952.

Encyclopédie Universelle. 2012.